Reading these suicide pages you will find people seeking help and people offering their help. Some witness about suicide from real life experience, others who play along with me would pretend it's a children's game. Some make sick and cruel jokes about it, and angry people blame me for even mentioning the subject. You might also want to read my favourite answers. If you want your answer to be included here, fill in the form.

Date Name/email

Nom/email
What is the best way to kill yourself when you're under 13?

Quelle est la meilleure forme de suicide pour les moins de 13 ans?
05 Nov 2007 BaZaaR Trois personnes que j'aimais énormément se sont enlevé la vie au cours des 6 dernières années.

2001 - Mon père
Je crois que la maladie mentale a eu raison de lui. Parfois, il se sentait suivi, épié, regardé ; souvent, il se sentait seul ; par moment, il devenait une autre personne ; un jour, une chose le faisait rire, l'autre jour cette même chose le faisait pleurer. Il était pris dans un monde de contradictions où il ne semblait plus trouver sa place. La mort fut son choix. Sa vie, il n'en avait plus le conrôle. Il a cependant eu le contrôle sur une chose : sa mort.

Son kit de suicide : barbituriques en quantité monstre.

2004 - Mon ami A.
A. avait connu de graves problèmes à l'adolescence. Il ne voulait plus manger parce qu'il se trouvait laid. Il croyait que pour être aimé, il fallait être mince. En même temps qu'il maigrissait, il commencait, petit à petit, à changer d'attitude envers les gens : mentir sur sa vie, sur son alimentation, sur ses fréquentations et sur son usage de plus en plus marqué de cocaïne. Mythomane professionnel, il cherchait l'amour dans le mensonge. L'amour, il l'a cherché, mais ne l'a jamais vraiment trouvé. Des relations multipliés, des relations physiques, sans plus. Je pense que personne ne l'aura jamais connu comme je le connaissais... Sa vie, il la racontait différemment à chaque personne. C'était sa façon personnelle et particulière de devenir important au yeux de quelqu'un. Un matin, je reçois un appel de ses parents. À ses pendu dans le garage durant la nuit. Un mal d'être inguérissable pourrait-on croire... Un geste irréfléchi sur l'effet de la cocaïne ? Je ne crois pas. C'était pour lui sa façon de se détacher de ce corps qui s'était dressé comme un mur de béton entre lui et l'Autre.

Son kit de suicide : un cable électrique accroché au plafond du garage.

2005 - Mon ami M.

Mon ami M. était avec mon ami A. le soir de sa mort. Tous deux en quête d'amour dans un nightclub, ils s'étaient séparés en fin de soirée alors que, fidèle à son habitude, A. devait quitté la discothèque parce qu'il ne se "sentait pas bien", parce que tout-à-coup il voulait disparaître du regard des autres qui lui était insupportable. M. laissa A. retourner chez lui et retourna faire la fête dans le club. Nous étions tous un peu habitué aux réactions soudaines de A.

Le soir là, A. est mort et M. ne s'est jamais pardonné de l'avoir laissé partir seul du club ce soir là. S'en est suivi le départ de M. pour une autre ville afin de se faire une nouvelle vie à Montréal. Bien que nous étions proches, je ne connaissais que peu de choses sur ces états d'âme. Il était toujours souriant. On m'avait pourtant dit qu'il pleurait souvent. Moi, je ne l'avait jamais vu pleuré. Il semble que la mort de A. l'avait affecté à un tel point qu'il lui était impossible d'accepter la mort de son ami. Son déménagement nous a éloigé.

Un an plus tard, bien que nous nous sommes parlé à l'occasion, M. Revient dans ma région et pour une dernière fois, nous avons été prendre un verre et discuter ensemble. Il me semblait bien triste et il disait ne pas savoir où sa vie le menait. Un mois plus tard, M. est retrouvé mort dans sa chambre, chez ses parent, pendu lui aussi. À son poignet, le bracelet noir et blanc que A. portait le jour de sa mort.

Son kit de suicide : une corde toute simple.

Et moi là-dedans, et bien moi je n'ai jamais jamais oublié le corps mort de mon père lorsque je suis allé l'identifié à la morgue. Son corps noir et bleu, le sang séché qui lui était sorti du nez. Malgré cette image d'horreur, je voyais sur son visage une expression de quiétude et de délivrance. Il avait l'air bien. Je n'oublirai jamais le corps embaumé de mon ami A. qui semblait si peu naturel, comme un mannequin de cire, lorsque nous sommes allé le voir au salon funéraire, mais que j'aurai aimé voir se lever de son cercueil pour qu'il puisse constater à quel point il était aimé de ses proches. Je n'oublierai jamais ce que le prêtre à dit à la fin de son discours sur mon ami M. lorsqu'il a dit "Ton ami t'attend en haut, tu vas enfin pouvoir le rejoindre.".

Je suis probablement l'une de rare personne en se monde qui ne condamne pas le suicide. Je crois que ces personnes ne se sont peut-être pas senties assez armées pour livrer le combat de la vie et qu'elle ont décidées, à leur façon très personnelle, de chercher quelque chose de mieux pour elles. Quelque chose qui n'est pas corporel, quelque chose qui n'est pas matériel.

Il y a des blessures qui ne guérissent pas, quoi que l'on puisse en dire. Moi, j'ai fait le choix de vivre et d'accepter le choix de la mort de la part de ceux que j'aime. Ma vie, je veux la vivre avec ma joie, mes peines, mes blessures, mes plaies ouvertes et cicatrisées, mes petits bonheurs, mes regrets, mes souvenirs, mes morts, mes désirs. Je ne crois pas que ces expériences soient plus ou moins des motifs valables de choisir la vie que ceux qui ont fait le choix d'aller voir ce qu'il y a ailleurs, après la vie, telle qu'on la connait.

Je respecte le choix de ces gens que j'ai aimé. Je ne le comprends pas, mais qui suis-je pour les juger ?
29 Aug 2005 claire il y a l'autodestruction et le suicide. attention! l'autodestruction concerne les vivant qui ont du mal à vivre.
le suicide est une pratique intellectuelle. cela ne concerne en rien les enfants. peut être que mourir symboliquement te suffira? alors la peluche c'est peut-être un bon truc. et que dirais-tu de ceux qui prennent un pseudo?
11 Apr 2005   c'est vraiment trop nul ton site et enh plus c'est carrément dangereux tu sais il y a de mort par an ????????????????????????????????????
Tu ferais mieux de réfléchir à 2 fois espèced'idiot!!!!!!!!!!!!
24 Mar 2005 ronwelthy Anne Duroy pensez vous que ce site incite réellement les gens , les jeunes en particulier a se suicider? Avez vous vu des indications techniques précises concernant la manière de se donner la mort? Avez vous également constaté une apologie du suicide?

Non, rien de tout cela dans ce site, ce site est un lieu d'échange privilégié ou loin des discours moralisant de la société des jeunes ou moins jeunes peuvent exprimer leur avis sur le suicide sans être jugé. D'aileur vous avez vu qu'il y a sur ce site de nombreuse personne qui proposent leur aide, qui n'encourage pas du tout le suicide. Pensez vous que sur un forum faisant l'apologie du suicide de tel message serait accepté? Jugez bien avant d'avoir un avis aussi définitf car ce site peut être le réservoir d'idée morbide, qui font écho au propre souffrance des jeunes, mais il peut également avoir un effet cathartique, les jeunes voyant de tel message comprennent la portée de leur acte.

Pour moi il est claire que fermer ce site serait encore une fois de plus montrer votre position moralisante empreint de valeur d'un autre age, totalement déconnecté de la réalité. Car ce site au contraire d'autre n'est pas dangereux ..Je vous invite donc a comparer les différent sites parlant clairement du suicide et non pas a diaboliser un seul site sous pretexte qu'il aborde clairement ce sujet...
25 Jan 2005 David Tu veux mourir? Mais il y a une hésitation et tu ne sais pas pourquoi? Tu aimerais passer par dessus et en finir une bonne fois pour toute! Je connais la solution! Mourir à toi-même est tâche difficile puisque nous tenons à nous infliger des torts qui ne nous appartiennent que parce que nous les tenons pour nôtres. Pourtant une parcelle de vie en toi t'enchante la mélodie du bonheur! C'est possible d'être heureux dans cette vie-ci! Mais pour cela, tu dois mourir à toi-même. Nous avons à nous aider en commençant par nous aimer, même si le mal en soi est tenace, loquace et obsédant. Tu dois le regarder dans les yeux et lui dire, même si tu as peur, que tu l'aimes, ce mal. Je crois que ceux qui souffre comme nous sont tellement intelligents et sensibles qu'ils perdent l'équilibre dans ce brouhaha inhumain que sont les sociétés capitalistes. Mais rien ne sert de se plaindre! Au contraire! Il y a tellement de joie, d'amour et d'harmonie dans toute la création. Pourquoi n'appelles-tu pas l'Âme du Phénix à venir t'aider? La vie est magique à partir du moment où tu décides de lâcher prise avec tes peurs qui ne sont que des illusions!Mourir à soi, c'est constater les ombres en nous et y mettre du soleil. Tu as peur de la lumière? Pourquoi as-tu peur de toi? Toi, fils et fille des Étoiles, regarde le ciel qui t'entoure et puise y la sagesse et la force d'être heureux et heureuse. Si le soleil te semble trop fort débute avec la lune. Laisse la lumière entrer en toi et illuminer tes peurs, tes ombres qui te font mal. Par exemple, tu veux mourir! Pourquoi? Tu te sens seul et dévalorisé(e)? Mais qui est cette petite voix dans ta tête qui a la volonté de te dire: je t'aime. Es-tu certain(e) qu'elle est toute à toi? Elle n'a pas envie de te dire je t'aime. Mais est-ce ta voix? Elle est là pour que tu l'utilises et toi, tu le fais, mais de reculons. Est-ce pour prendre ton élan et sauter par dessus tes peurs? Non! Tu n'as pas le courage! Je t'en donne un petit peu. Je ne crois pas que la douleur te quitte de l'autre côté de la vie. En fait, parce que je travaille avec des entités depuis quelques temps, je peux te dire qu'il est plus difficile de faire la paix de l'autre côté que de ce côté-ci! La matière est un outil indispensable pour expérimenter tes sentiments. Alors vois ta douleur, comprend-la, accepte-la en l'aimant et trouve son contraire afin de t'emplir de sa force et ainsi te soutenir dans ta démarche de mort à toi-même. Personne d'autre que toi ne peux t'aimer à ta place et c'est seulement quand ton amour sera que tu pourras aller vers les autres. Pour l'instant, du moins, laisse les autres venir à toi et demande à ton âme de te montrer ce qu'il est bon de faire pour toi afin de renaître à toi-même sans un acte violent comme le suicide. Ce n'est pas facile, mais ce n'est pas non plus difficile. Tu as tout les outils en mains pour te sauver et ainsi découvrir la personne merveilleuse que tu es. Cesse d'encourager ta haine et ouvre toi à l'amour.Pleure. Libère-toi. Nous t'aimons beaucoup et nous avons besoin de toi. Nous t'en prions, aimes-toi.

Les Anges de la création
17 Jan 2005 Jeannot 17-01-2005 09:00

Bonjour

J' ai laissé courir ma plume cette nuit... voici le résultat, avec les fautes.

Il faut déja commencer par s'informer!

Un des bouquins de référence —en français— reste "Suicide mode d'emploi" de Guillon et Le Bonniec (1982). Régulièrement en vente sur "Ebay" (Cher, 200 à 400 EUR selon les périodes). Faire une recherche par mots clé ("suicide mode" par ex.). Actuellement il se vend sur Ebay.ch (Suisse) parfois c'est en Belgique ou au Canada. Reste encore "Exit Final" (écrit dans cet ordre et donc en français) moins cher mais moins "complet " et beaucoup plus difficile à dénicher.

En ce qui concerne l'enfant ... et qui plus est, de moins de 13 ans, il faudrait savoir si le mot "suicide" recouvre une réalité à cette age là (le désir d' arrêter sa vie me semble plus une réflexion '"adulte") !! Dans des cas de souffrance extrême (quelle qu'elle soit), comme par exemple dans des situations où le gamin est confronté au déni (de lui même, de son corps, de ses émotions, particularités, désirs et de ses besoins).
Il commencera par fuguer, (fuir ce qui le fait souffrir) et tentera ensuite d'exister aux yeux des autres par des actions que l'on rencontre chaque jour: il va commencer à faire ce que tout le monde appelle des "conneries". Piquer du fric à ses parents (désir d'autonomie), prises de bec (de preférence à table) car gueuler est une bonne façon d'obliger l'autre (pére, mère voire éducateur) à reconnaitre qu'il tient une place... à la sainte table.
Les petits vols (il/elle fouillera d'abord les poches de ses parents avant de piquer du maquillage ou un blouson au supermarché) et si ça ne "marche" pas, ou si la répression est trop douloureuse, il/elle évitera l'impossible et tentera d'exister auprès d'autres (fringues, coiffure -skinhead ?-, moto(?) actions d'éclat (en groupe) recherche d'une autorité, d'un chef, d'un guide ou d'un Führer!
Mais si la répression survient plus tôt et beaucoup plus fort (coups), il se "dissoluera" jusqu'à ne plus exister... pour se faire "oublier"... Combien d'entr'eux trainent dans les services dits "spécialisés", combien préfèrent "etre malade"? Le statut de "malade" n'est il pas une reconnaissance sociale ? Combien ont trop mal pour rester dans notre monde? Alcool ou "colle" (question de sous!), shit, coke facilitent en permettant à certains de rester quand même parmi le genre humain.
Et si "pas de chance" reste encore le choix... à l'Être détruit ! Arrêter sa vie "CAR"... (encore faut-il qu'il puisse encore se le dire ce mo(r)t là!) ... CAR-ma vie, où que j'aille et quoi que je fasse ne peut être que larmes froid et douleur, et parce que JE SAIS qu'il n'est pas un ailleurs, un autre ou un temps qui me soit perceptible, où mon corps pourrait VIVRE, frémir ou chanter, je dois donc, et en conséquence, décider de l'arrêter.
À 11, 12 ou 13 ans, combien ont la maturité pour décider de leur "suicide" posé en ces termes ?

On n'a pas attendu qu' un génial inventeur nous propose un —quit (!!)—Kit prêt à l'emploi pour jouer à mourir! Je me souviens encore de ces parties où l'on jouait "aux gendarmes et aux voleurs", et "aux Cow-boys et aux Indiens" où l'on mourait —surtout les indiens !— 1 minute tout au plus tellement ces jeux nous excitaient. Prestige du plus fort ou désir de mourir ?
Je me souviens aussi —bien plus tard, je devais êtrre en CM 2— du prestige dont jouïssait celui qui nous enseigna une méthode —infaillible— pour presque mourir (on provoquait une syncope chez le petit copain) Entrainement au suicide ou soif de découvrir (voire de puissance)... ce qu'il pouvait bien y avoir derrière cette porte que les grands nommaient "être conscient" et dont personne ne nous parlait ?
Je revois ces gamins, je les vois tous les jours (de moins de 13 ans, pour sûr !), très proches—jusqu' à la tutoyer— d' une mort toujours possible, sachant que ce matin ... la chimio ... et qui le lendemain —pas aujourd' hui mais tant pis— rigoleraient à nouveau de Michèle —Surveillante au grand coeur— dans des jeux moins méchants qu' imbéciles, dont le secret consiste ... à RIRE en se fichant de sa poire à la faire tourner en bourrique, et nous prenant à témoin —nous qui savons les "guérir"— en espérant nous voir rire et partager leur bonnheur —on a oublié—ils se contentent d' un sourire ...
Pas un n'a VOULU mourir ... "qu' est ce que t'es barbant", c'est toujours ce qu'il disent, quand "Jeannot-lapin" —moi, mais pourquoi un lapin ?— quand j'essaie malgré tout de leur parler de "s'endormir" .
Je me plante à chaque fois. Et assis sur son lit prévu pour un géant je me retrouve comme un con en entendant son rire tout au bout du couloir ... je me surprends à douter, je revois le dossier ne comprenant pas pourquoi l'impossible se produit. On refait les derniers "examens" et je m'en veux. ......je me surprends à siffloter certain du savon que je vais leur passer ... pour s'être à ce point planté! Je jubile presque, il y en a une que j'ai vraiment dans le nez !
Quelques heures plus tard —ils m'ont fait poireauter les salauds, —j'en suis sûr— pour bouziller mon samedi ... je n'ai pas vu le temps passer —c'est le silence qui me réveille ... le jour commence à tomber ...c'est Michèle qui se pointe—moi: tu étais d'astreinte ? ELLE veut te voir... pas la peine de me dire qui, c'est ma préférée... je frappe et j'entre... elle a le sourire ... ça me rassure... je m'asseois au pied de son lit .... Alors, la miss, qu'est ce tu me veux ?.......elle me tire par le col de ma blouse et me dit au creux de l'oreille "je sais que c'est aujourd' hui, je voudrait bien que tu me fasse un bisou parce que je vais bientôt partir ... et puis tu m'as jamais fait de bisous...... tu sais je t'aime encore plus que papa .... je veux la rassurer, lui dire que sa chimio l'a déja fait déprimer, qu'on m'aurait prévenu, et que , et que....... ses yeux m'arretent: ils me disent ce que je n'aurait jamais voulu voir... je les connais bien ses yeux ........ quand elle est entrée dans le service, il y a à peu près 6 mois, c'était la première fois que je voyais des yeux pareils: une lueur de malice qui ne s'éteignait que pendant son sommeil. Sitôt réveillée tout le monde se demandait ce qu' elle allait encore inventer pour foutre le boxon dans le service. Michèle la craignait. je n'ai jamais bien compris ce qui pouvait bien se jouer entre ces 2 bonne femmes... 40 ans les séparaient, sûrement pas un problème de concurence! Michèle avait le mème age que sa grand-mère ... elle s'est assise sur mes genoux, a passé ses petites mains autour de mon cou et s'est blottie contre moi, son visage contre mon cou. Je lui ai donné des dizaines de petits baisers sur ses cheveux. Je sentais sa respiration s'apaiser et elle a poussé un petit grognement de plaisir. Elle était Heureuse... j'ai du rester un bon moment comme ça; je m'engourdissais tout en sentant les petites mains s'accrocher derrière ma nuque. C'est son hoquet qui m'a fait sursauter.

Sonia est morte dans mes bras, ce Samedi, à 17 H 32. Leucémie. Elle avait 11 ans et demi.

Je pleurai en sortant de sa chambre. Michèle et une aide soignante attendaient derrière la porte. les chariots habituels attendaient, eux aussi.
Elle n'a jamais émis la moindre plainte, n'a jamais demandé qu' on augmente ses antalgiques. Pourtant tout le monde savait ce qu'une gamine de 11 ans pouvait vivre avec sa chimio. Je l'ai vue plus d'une fois dégueuler ses tripes dans le couloir ou au réfectoire. Mais l'important, pour elle, c'était de penser à toute les conneries qu'elle allait pouvoir faire ...... Demain!
Sa grand mère viendra demain dimanche. Ses parents étaient à Acapulco. En 6 mois , ils son venus voir Sonia 1 fois ..... entre 2 avions. Michèle m'a téléphoné ce midi. Tous ses petits copains on voulu la voir pour lui dire au revoir. Ils lui ont même chanté une chanson avec Michèle. Elle m'a également dit que Sonia était vraiment très belle. Aussi belle qu' avant ... quand elle dormait. Elle va beaucoup me manquer.

Jeannot
27 Dec 2004 leonie sur le cote d une route
ou elle peut mettre en deroute
elle attend...
blottie dans ses bras,
sa sinistre amie l accompagnera
tandis qu elle suivra maintes proies
...elle oeuvrera...

le temps pour elle n existe pas
car elle fait le plus vieux metier du monde je crois
encore mieux que les catins, fille d en bas
et son but n est pas le meme loin de la

elle va et vient
ou lemmene VOTRE destin
sans failles et sans remords
elle ****LA MORT****
ses grands yeux noirs
appellent a loubli
donnent envie de se laisser choir
de renoncer a la vie
dans la nuit sa peau blanche
se confond avec la robe glissee sur ces hanches
et brille d une pale clarte
halo argente
on devine ses cheveux sombres
presques indistincts dans l ombre
et long, si longs, qu a chacuns de ses gestes
ils suivent son corps agile et leste
elle est pieds nus sur la terre mouillee
elle semble hagarde et deboussolee...

la mort
on l appelle et elle ne vient pas, sauf par exception et quamd on ne l appelle pas elle vient quand meme au bout dun moment
j ai peur de la mort, j ai vraiment peur de ce noir, de ce que je ne sentirais pluus et de cette boite dans laquelle on menfermera
jy pense le soirm quand je me rends compte que l univers est plus grand que moi que ma miserable petite vie et me sntir sii vulnerable sa me fait si peur c est trop etrange nous ne sommes rien et nous evoluons dans une espace si grand et pourtant nous ne pouvons vivre que dans une simple parcelle de cet espace qui nous est donne.. la mort est tabou, moi je ne veut pas y penser jen fais des cauchemars depuis toute petite et cest atroce cette peur que je ressent a chaque foiis ce sentiment qui me fait venir les larmes aux yeux et qui me fait perdre ttes notions de mouvememt
j ai mis du temps concevoir que qulqu un pouvait envisager de se tuer sans ressentir une peur qui len empecherait et meme maintenant ou je sais que la mort est irrevocable et que des gens lappelle pour en finir au plus vite cela me semble telleemet extraoordinaire d etre en vie que je me demande quiii? pourrait vouloir en finir neanmoins il y a parfoi des raisons de mourir qui sont..tellement justes
*bisous* mouchette
je te souhaite de mourir le moins violememt possible et sans regretter au dernier instant
03 Dec 2004 Papaya D'accord, je veux vous dire quelque chose très important. Je veux me tuer, c'est facile. Il y a beacoup de raisons pour cette situation et je ne veux pas les vous expliquer. J'essaierai de me tuer avec le Valium et de l'alcool. Ce n'est pas très difficile et c'est le meilleur parce que on mourit pendant qu'on dort. Pour moi, c'est bon parce que je mourrai pendant que je dors. Je quitterai cette monde dans la paix et je n'aurai jamais un autre moment sur cet enfer vivant qui s'appelle "la terre." Le Monde peut aller se faire foutre.
03 Oct 2004 Temple Je vais te donner ma recette personnelle, même si elle a échouée pour moi, elle est vraiment belle et amusante à expérimenter. Une aprés midi, il faisait beau, j'étais dans la maison de mes parents, il y avait juste mon frère avec moi j'avais à peu près 14 ans. J'ai regardé par la fenêtre, je me suis aperçue que le vent soufflait dehors, c'était triste et beau, alors j'ai voulu faire une chose triste et drôle : je suis allée chercher la boite du petit chimiste que j'avais eue pour Noël. J'ai commencé à mélanger les produits aux noms les plus impressionnants dans un tube à essai bien propre. Ensuite, je suis déscendue dans la cuisine, le tube à la main. J'ai regardé par la fenêtre, le soleil brillait, les arbres commençaient à perdre leur feuilles, le vent soufflait et j'ai vu mon chat marcher tranquillement sur la terrasse. Alors, j'ai pleuré doucement et j'ai avalé très vite le contenu du tube. J'ai mangé une banane pour que les produits restent dans mon corps et me tuent. Malheureusement, j'ai très vité été prise de vomissements, et alors que j'avais ma tête au dessus des toilettes, mon frère est arrivé effrayé et m'a demendé ce qui m'arrivait. J'avais des larmes sur les joues et je lui ai répondu en riant que je n'arrivait pas à me tuer.
08 May 2004 sophie La meilleure solution déjà serait de lutter! Et de se dire que même si la vie et insupportable et que vous croyez qu'il n'y a plus que cette solution (suicide) et bien détromper vous, pour chaque personne sur cette terre il y a toujours un espoir, trouver lequel bien sur ce n’est pas le plus facile, mais en essayant de faire tout, on trouve! Et sinon la manière qui fait le moins souffrir et la plus courante est le pistolet! Si quelqu’un veux parler je suis la! Je vie ça tout les jours et je comprend! Gros bisous à tous !
05 Mar 2004 slappers J'ai comme l'impression que ma vie n'a été qu'une succession d'erreurs, de malheurs. Avec un connard de père comme le mien qui n'arrête pas de me faire chier, une connasse de mère qui passe son temps a gueuler, comment voulez vous vivre heureux..
C'est impossible
Enfin, si ce n'était que la famille, il y a égalment le lycée avec toutes les pouffes pour qui le mec idéal est beau plein de fric et ne jure que par Lacoste, Nike, Adidas Tommy Hilfinger, bref par les marques..
La population la plus superficielle que l'on puisse trouver ..
Voila, voila pourquoi j'ai décidé de partir, de m'enfuir vers un ailleurs surement meilleur ..
Bye, see you in hell
12 Jul 2003 Juliette Toutes les réponses sont en anglais. Je croyais qu'il avait une partie pour les francophones. Il y a vraiment des petits de 13 ans qui pensent à ça??? Ils n'ont qu'a faire semblant non? Fermer les yeux et dire je me suis suicidée. Moi je pense que c'est le meilleur moyen.
22 Feb 2002 Misskathyx Pour les moins de 13 ans, je conseille le bain chaud car les enfants aiment bien prendre des bains chauds, puis de cette manière ce n'est pas très douloureux et puis c'est amusant de se baigner dans de l'eau colorée en rouge... il suffit de te faire couler un bon bain très chaud, puis tu prends une lame de rasoir à ton papa, tu t'ouvres les veines des deux bras... attention ! tu ne te coupes pas dans les sens de la largeur, c'est pas pour des vrais suicides, de cette manière ça foire une fois sur deux, tu ouvres ton bras dans le sens de la longueur, comme ça tu saignes beaucoup plus... deux trois ouverture de 10 cm de long sur chaque bras et tu plonge ceux-ci dans l'eau chaude, avec la chaleur les veines vont se dilater, les blessures aussi et le sang sortira beaucoup plus vite de tes veines, et tu te sentiras partir lentement, en douceur... en plus, l'avantage du bain, c'est que si l'on te retrouve avant que tu aies perdu trop de sang, il y a des chances que tu te soit quand même évanouie avant et donc noyée... voilà, bonne chance... bisette petite...
21 Jun 2001 scott La meilleure facon de se suicider quand on a moins de 13 ans c'est de boire un litre de vodka additionné avec un litre de tequila, le tout shaké avec du sang de boeuf que l'on a pris grand soin d'abattre au fusil à pompe. Si en plus on rajoute des minuscules agrafes dans le sang de boeuf, il y a des chances pour que ce soit un suicide bien violent et bien abominable.
Bien sur on peut faire cela dans un bain tiède en se coupant les veines, ce qui rajoute un peu de piquant à l'histoire. A cet instant, normalement on devrait être bien suicidé. Il y a peu de chances que l'on soit là le lendemain pour vérifier que l'on a bien réussi.
Voilà, c'est comme ça. Bonne chance pour ce suicide. Toute personne de moins de 13 ans se suicidant de cette facon est priée de me joindre sur mon téléphone portable et de me laisser ses coordonnées. Merci.
05 Jan 2001 melo jouer à cache-cache avec son petit frère et se cacher dans le lave-linge (si on est pas trop gros), attendre qu'il arrive, comme il est petit, il ne sait pas ouvrir la machine à laver alors il appuie sur le bouton qui la met en marche, si les parents ne sont pas là il y a des chances de succès.
04 Dec 1999 lionel auroux from Epita in Paris plusieurs petits trucs a mettre dans ton kit:
1> burbi la poupee qui tue petite poupee tres mignone, enduite de poison... la fillette cherchant reconfort (et voulant se suicider), se blotira tous contre elle...le poison penetrant la peau la tuera a petit feu sans douleur au bout de 3 - 4 jours d'utilisation, la fillette s'endormira pour...nulle part, car il y a rien apres la vie, c pour cela qu'elle est precieuse!
NB: pour les garcons la version robot, nounours et autre est a prevoir.
2> Killmaster, le jeu dont on ne se releve pas (pour un suicide collectif) c un jeu de role dans un univers contemporain mais ou il n'y a pas de gestion de point de vie, pour les combats chaque joueur prend une seringue, un pot de poison (encore) dilue pour chaque coup recu le joueur S'injecte une dose non mortel mais le rend malade... si le joueur meurt dans le jeu, il meurt dans la realite...cela permet de se tuer en s'amusant entre amis...evidement le maitre sera une personne saine ne voulant pas mourir (sinon la partie s'acheve)
3> le costume de canard et un billet pour l'ouverture de la chasse. La il est vrais ce n'est pas la personne qui se suicide mais bon! c drole..
4>DUUM le jeux video pieger qui kill sous forme de CD en Plastique (l'explosif) l'enfant qui veux se suicider dit a c parent: -heuu la je vais faire une partie de DUUM, alors si vous me chercher chuis dans ma piaule.. -ha DOOM, j'aime pas vraiment ce jeu, il est trop violent... enfin bon te couche pas trop tard.... la version on joue a plusieur pour le suicide collectif est envisageable......
bon pour l'instant za suffit, si tu aime, tu me le dit!
27 Apr 1999 Blancka Pour les autre, je ne le sais pas mais moi voici les choses qui mont servi lors de mes 9 tentatives de suicide:
1. Un pot de valium et de l'alcool 94%
2. Un couteau , pour me couper les veines au poignet
3. Un sac de plastique pour m'étouffer.
3. Un lac pour me noyer
4. Des produits chimiques pour m'intoxiquer.
5. Un couteau pour me couper les veines du cou.
6. Un mélange de médicaments (encore une fois)
7. Un température de -30*
8. Encore un couteau pour me coupeau les veines des poignets
9. Un corde pour me pendre...
Malgré c'est neuf tentatives de suicide... je suis encore là... mon heure n'était pas venu, et il y avait toujours un étranger qui me trouvait à la dernière minute!

Search:  
Read the archives